vendredi 9 février 2018

Vies volées de Matz et Mayalen Goust

Date de parution : 10/01/2018
Éditeur : Rue de Sèvres
ISBN : 978-2-36981-395-8
EAN : 9782369813958
Format : Album
Présentation : Relié
Nb. de pages : 80 pages
Poids : 0.654 Kg
Dimensions : 21,8 cm × 28,3 cm × 1,3 cm
Prix: 15€

Note: ⭐⭐⭐⭐⭐ COUP DE CŒUR!!!

Quatrième de couverture:

"Les parents, ce sont ceux qui mettent à manger sur la table, qui te racontent une histoire le soir avant de dormir ou te filent une baffe quand tu franchis les limites. Pas ceux qui te mettent au monde et t'abandonnent. - Je suis d'accord avec toi mais là, on parle d'enfants volés, de parents assassinés. Ce n'est quand même pas tout à fait la même chose qu' une adoption, non ?" De 1976 à 1983, la dictature militaire qui régit l'Argentine fait disparaître près de 30 000 opposants politiques, pour la plupart assassinés. Parmi eux, des jeunes femmes enceintes auxquelles leurs enfants seront arrachés à la naissance. Depuis 1977, leurs grands-mères recherchent ces 500 bébés volés...

Mario et Santiago sont deux étudiants amis qui passent du bon temps ensemble. Ils vont à des soirées, rencontrent des filles bref, vivent leur jeunesse. Cependant, Mario est de plus en plus préoccupé par ses origines. Il trouve qu'il ne ressemble pas à ses parents, certains indices le troublent et il souhaite faire un test ADN pour connaître la vérité sur sa naissance. Un reportage où l'on parle de 500 bébés volés sous la dictature militaire finit de le convaincre. En bon ami, Santiago l'accompagne et se fait faire une prise de sang également. Ce dont il ne se doute pas c'est que sa vie va alors basculer de la  plus belle mais aussi de la plus cruelle des façons.

Une bande dessinée intense, qui parle d'amour, de secrets, de révélations... Bien que les personnages soient pure invention, l'histoire est inspirée de faits réels et cela fait froid dans le dos.
Le scénario est bien construit, le lecteur retient son souffle, les révélations vont crescendo jusqu'au twist final auquel on ne s'attend pas.
Les illustrations sont fines, délicates, elles accompagnent très bien le texte. J'ai aimé le fait qu'il n'y ai pas de superflu, de détails inutiles, en peu de traits au final, on perçoit l'essentiel, comme une mise à nue des personnages. L'histoire m'a évidemment touchée et l'ensemble m'a totalement convaincue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire